La politique énergétique de la République démocratique du Congo au cœur de l’Afrique

 

J’avais déjà écrit sur le mysticisme que les puissances coloniales européennes attribuaient au Congo, une forêt tropicale impénétrable traversée par un immense fleuve, le Congo. Le long de ce fleuve, des foules de personnes utilisent le Congo pour le transport quotidien et se déplacent le long du fleuve d’un endroit à l’autre. Les marchandises sont transportées au Congo, les gens s’en servent pour se rendre à l’intérieur des terres.


Mais le Congo a aussi ses pièges, de sorte que la région où le barrage d’Inga doit être construit à l’avenir offre des rapides qui rendent la manœuvrabilité des navires et des bateaux à vapeur impossible et conduit au fait que l’intérieur du continent africain ne pouvait être reconquis, même à l’époque du colonialisme belge. Cependant, ces rapides de l’un des plus grands fleuves du monde offrent d’énormes possibilités de rendre l’énergie hydraulique utilisable pour la production d’électricité.


Le Congo offre des conditions optimales pour l’utilisation de l’hydroélectricité, ce qui offre une occasion unique pour le Congo de devenir l’un des principaux exportateurs d’électricité en Afrique.


La politique énergétique de la République démocratique du Congo est depuis longtemps concentré sur l’exploitation de l’énorme potentiel hydroélectrique qui existe le long du Congo et de ses affluents. En fait, une grande partie de l’électricité est déjà produite à partir des centrales hydroélectriques existantes, mais cette part peut encore être augmentée, en particulier avec l’aide chinoise pour la construction du nouveau barrage d’Inga.


La construction de ce barrage équivaudrait à peu près à la production d’électricité de 20 centrales nucléaires et couvrirait la majeure partie de la production électrique en Afrique australe. Le potentiel est donc énorme. Cependant, aucun investisseur ne s’est encore trouvé disposé à financer la construction du barrage d’Inga sur le fleuve Congo. Les principaux problèmes sont la faible rentabilité du projet en raison des prix actuels de l’électricité et des distances à parcourir pour acheminer l’électricité aux consommateurs.


Le problème est que de telles distances géographiques gigantesques sont susceptibles d’entraîner des pertes d’électricité élevées, ce qui rend finalement le projet non rentable. Une grande partie de l’électricité ainsi produite serait nécessaire à Kinshasa, car Kinshasa est l’une des villes qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Dans ce cas, la distance géographique serait également assez faible et l’efficacité de la production locale d’électricité serait donnée.


L’énergie solaire offre un autre grand potentiel car la République démocratique du Congo est située sur l’équateur et le potentiel d’utilisation de l’énergie solaire y est particulièrement élevé.


Il est évident que le Congo est l’un des endroits les plus remarquables au monde pour rendre l’énergie solaire utilisable par les humains. En République démocratique du Congo, des panneaux solaires devraient être installés de manière décentralisée dans de nombreux endroits du pays afin d’exploiter pleinement le potentiel de l’énergie solaire.


Cela nécessite la coopération des pays qui disposent déjà d’une production industrielle de panneaux solaires, dans le cadre de laquelle il serait possible de promouvoir l’expansion de l’énergie solaire au cœur de l’Afrique. La coopération doit se faire avant tout avec les parties prenantes au niveau local, et un plan clair à long terme est nécessaire sur la manière dont l’énergie solaire peut être exploitée, par exemple pour étendre davantage un réseau électrique national.


Dans le cas de la République démocratique du Congo, l’un des principaux avantages de l’énergie solaire est qu’elle ne nécessite pas un réseau électrique national. Vous pouvez construire des réseaux régionaux et penser à relier les différents réseaux à une date ultérieure.

IMG_8526


Quels sont les principaux leviers de l’industrie énergétique pour la République démocratique du Congo?


Le potentiel de la République démocratique du Congo est donc de devenir le cœur d’un réseau électrique continental et d’exporter l’énergie de base produite par l’hydroélectricité vers d’autres pays du continent africain.


Avertissement: Cet article est uniquement destiné à informer le lecteur des développements récents dans le secteur de l’énergie en général et à partager ses connaissances et ses idées avec un public plus large. Pour plus d’informations, veuillez également consulter les mentions légales (allemand: Impressum) et la politique de confidentialité (anglais: PRIVACY POLICY), que vous pouvez trouver en haut de cette page dans la barre de menu.